“Shinzō Fukuhara. Paris et la Seine”, Ed. Kokusho Kankōkai, 2007

『福原信三・巴里とセーヌ 』国書刊行会2007

Livre (35.7×27.7cm) présenté dans un carton de protection (44×35.5cm).

Ce livre de photographie fait partie de la Collection de fac-similés « Masterpieces of Japanese Photography » [日本写真史の至宝, nihon shashin shi no shihō] des éditions Kokusho Kankōkai. Il a initialement été publié en 1922 chez Shashin Geijutsu-sha, puis réédité en 1935 chez Nihon Shashin-kai. (Il existe de légères différences de taille et de qualité d’impression entre les trois éditions.) Édition limitée à 300 exemplaires.

Livre d’apparence sobre et élégante. La couverture est recouverte de papier ivoire. La tranche est renforcée d’une bande blanche sur laquelle le titre et le nom du photographe sont imprimés en doré. À l’intérieur, les pages sont constituées d’un papier cartonné, relativement épais et d’une teinte ivoire proche de celle de la couverture. La tranche supérieure des pages est également dorée.

Le contenu, minimaliste, suit le sens de lecture occidentale, de gauche à droite. D’abord une page titre en français « Paris et la Seine. By Shinzō Fukuhara. 1913 » ; le sommaire en français, puis en japonais ; et enfin les reproductions. Chaque photographie est collée sur une feuille de la même teinte ivoire qui dessine une marge autour de l’image, puis le tout est collé (le long du côté supérieur de la feuille de renfort) sur le recto d’une page presque vierge (seul le numéro de la photo est imprimé en bas à droite en chiffre romain).

Ces photos sont des vues de Paris datant de la fin du printemps 1913, lorsque Fukuhara Shinzō a voyagé en Europe. Elles ont été réalisées avec un Soho Reflex tropical Marion qu’il venait d’acquérir.

Continue la lecture

Cecile Laly

CREOPS - Université Paris-Sorbonne

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

”Ei-Kyû : La grande aventure d’un artiste d’avant-garde”

『前衛画家の大きな冒険 瑛九』2004年8月10日ー9月20日渋谷区立松濤美術館

Ei-kyū : La grande aventure d’un artiste d’avant-garde, musée d’art Shōtō, 10 août - 20 septembre 2004

Ce catalogue a été publié à l’occasion de l’exposition éponyme qui a eu lieu au Musée d’art Shōtō, situé à Shibuya, Tokyo.

Livre couverture souple de 176 pages (29.5×19.6cm).

Crédits : Ei-Kyū ; Tamai Mizuo ; musée d’art Shōtō ; musée d’art moderne de la préfecture de Saitama ; musée d’art d’Urawa ; musée d’art de la préfecture de Miyazaki ; Galerie Toki-no-Wasuremono, Tokyo ; musée national d’art moderne de Tokyo ; collection privée.

Photographie en première de couverture : Tamai Mizuo, Portrait d’Ei-Kyū, 1952 [玉井瑞夫『瑛九氏』1952年, tamai mizuo, ei-kyū-shi, 1952 nen]

Ce catalogue présente le travail de SUGITA Hideo [杉田秀夫, 1911-1960], plus connu sous le nom d’Ei-Kyū [瑛九]. Ce surnom, aussi écrit« Ei-Q »,  apparaît au milieu des années 1930 dans son album de photo-dessin intitulé Raison du sommeil [『眠りの理由』nemuri no riyū] ; il lui aurait été attribué par le peintre HASEGAWA Saburō [長谷川三郎, 1906-1957] et le critique TOYAMA Usaburō [外山卯三郎, 1903-1980].

Le catalogue est divisé en trois parties marquées par un jeu de qualité du papier.

  • Première partie – papier gris : un texte de SEO Noriaki [瀬尾典昭], conservateur du musée d’art Shōtō, intitulé Œuvres pointillistes d’Ei-Kyū – Après-midi sans insecte [『虫のいない午後―瑛九の点描作品』mushi no inai gogoei-kyū no tenbyō sakuhin] (p. 7-13), ainsi que les reproductions de deux lettres écrites de la main d’Ei-Kyū et adressées à KIMIZU Ikuo [木水育男] (p. 14-16).
  • Deuxième partie – papier blanc lisse et satiné : un texte expliquant les œuvres (p. 17), les planches couleurs (65 peintures, 3 photos-dessins (p. 83-85), 20 dessins, 1 reproduction de la couverture de l’album Photo-dessin (1936) accompagnée d’une notice (p. 96) et enfin 10 photos-dessins extraits de l’album (p. 97-101). S’en suit un « photo essai » de TAMAI Mizuo intitulé La mort d’Ei-Kyū [《瑛九逝く》ei-kyū yuku] (p. 102-134), suivi d’une courte biographie de TAMAI Mizuo (p. 135).
  • Troisième partie – même papier gris que pour la première partie : les annexes. Une biographie détaillée et illustrée de la vie d’Ei-Kyū et des événements posthumes jusque 2004 (p. 138-163), une bibliographie (p. 164-171) et enfin la liste des œuvres reproduites (p. 172-175).

Continue la lecture

Cecile Laly

CREOPS - Université Paris-Sorbonne

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Shashin Geijutsu

“L’èpoque de l’art photographique – Flâneurs urbains de l’ère Taishô”

『写真芸術の時代 大正期の都市散策者たち   “Shashin Geijutsu” – Photography Art. The 5 Flâneuse in Tokyo 1921-24』1998年12月8日ー1999年1月31日、渋谷区立松濤美術館

L’ère de l’art photographique - Flâneurs urbains de l’ère Taishō, 8 décembre 1998 – 31 janvier 1999, musée d’art Shōtō

Ce catalogue a été publié à l’occasion de l’exposition éponyme qui a eu lieu au Musée d’art Shōtō, situé à Shibuya, Tokyo.

Catalogue épais, couverture souple, 192 pages (27.3 x 21.3 cm)

Crédits photographiques : Musée d’art Shōtō ; Photo Scarab Sakuma Collection ; Shiseido Corporate Museum ; Japan Broadcasting Corporation Media Development Department ; JPS ; Metropolitan Museum of Photography ; Department of Photography College of Art, Nihon University ; JCII Library ; Tokyo Institute of Politechniques ; Min-On Concert Association Music Library.

Ce catalogue présente le travail des cinq photographes japonais modernes Ōtaguro Motō [1893-1979, 大田黒元雄], Fukuhara Shinzō [1883-1948, 福原信三], Kakefuda Isao [1892-1946, 掛札功], Fukuhara Rosō [1886-1953, 福原路草] et Ishida Kiichirō [1886-1957, 石田喜一郎] en se concentrant plus particulièrement sur leurs activités au sein de la compagnie Shashin Geijutsusha (qu’ils ont formé en 1921).

Les planches sont au nombre de 180 et figurent la totalité des photographies exposées au Musée d’art Shōtō. Elles sont divisées en cinq parties :

  • Ōtaguro Motō : 61 photographies ; 1 reproduction de la couverture du livre Tokyo: Old & New (1921) ; et 2 vues de deux albums ouverts
  • Fukuhara Shinzō : 43 photographies
  • Kakefuda Isao : 41 photographies
  • Fukuhara Rosō : 30 photographies
  • Ishida Kiichirō : 5 photographies

Pour chaque partie les planches sont accompagnées de textes écrits par ces mêmes photographes :

Continue la lecture

Cecile Laly

CREOPS - Université Paris-Sorbonne

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Hanadensha

“Hanadensha”, éd. Zen Foto Gallery, 2010

『花電車  昭和五年三月帝都復興祭典記念』 Zen Foto Gallery、渋谷、東京、2010年

Hanadensha : Festival commémoratif de la renaissance de la capitale impériale, mars 1930, éd. Zen Foto Gallery, Shibuya, Tokyo, 2010

Crédits : Zen Foto Gallery, Mark Pearson, Amanda Lo

Il ne s’agit pas d’un livre à proprement parler, mais d’un détournement, publié en édition limitée à 500 exemplaires par la Zen Foto Gallery, Tokyo. Il regroupe vingt-et-unes reproductions de cartes postales représentant des hanadensha, c’est-à-dire des wagons richement décorés (entre autres de fleurs, de maquettes urbaines et de poupées à taille humaine), qui circulaient sur les rails de tramways de certaines villes (comme Tokyo et Osaka) à l’occasion de commémorations diverses. Les cartes postales sont reproduites recto verso sur du papier cartonné formant deux accordéons, telles que les séries de cartes postales que l’on pouvait acheter auparavant sur les sites touristiques. Néanmoins, les reproductions sont imprimées aussi bien sur le recto que sur le verso des accordéons, ce ne sont donc pas de vrais cartes postales, mais bien une forme originale de détournement de livre. Les reproductions sont agrémentées de deux courts textes : “Envouté par les hanadenha” du photographe Nakafuji Takehiko et “Hanadensha” d’Iizawa Kōtarō, publiés en japonais, en anglais et en chinois.

Continue la lecture

Cecile Laly

CREOPS - Université Paris-Sorbonne

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

The Kimura Sen'ichi Collection

“The Senichi Kimura Collection. Galerie Kicken Berlin – Galerie Françoise Paviot”

“The Senichi Kimura Collection. Galerie Kicken Berlin – Galerie Françoise Paviot”, 2012

Ce catalogue a été publié par les galeries Kicken, Berlin, et Françoise Paviot, Paris, à l’occasion de la TEFAF Maastricht, de l’Art Cologne et de l’Art Basel en 2012.

Petit catalogue souple de 54 pages (21x 14.8 cm)

Crédits : Galerie Kicken Berlin (catalogue), Galerie Françoise Paviot (catalogue), Margaret Bourke-White (photo), Yvonne Gregory (photo), Camera Press (photo), Man Ray (photo), László Moholy-Nagy (photo), Carolin Förster (texte), Alain Paviot (texte)

Photographie en première de couverture : Anonyme, Portrait de Man Ray, Lee Miller et Sen’ichi Kimura à Paris, c. 1931

Ce catalogue présente le photographe japonais Kimura Sen’ichi (1900-1938), son rôle dans le mouvement de la Nouvelle Photographie au Japon et ses liens étroits avec l’activité photographique aussi bien européenne, qu’américaine. Il est composé d’un texte de trois pages intitulé “Camarade Kimura” : un pionnier japonais de la Nouvelle Vision, publié en anglais, en allemand et en français. Les trois versions du texte sont illustrées par des reproductions du n°5 de la revue Photo Times. Des extraits de textes japonais (publiés dans les numéros 5, 7, 9 et 10 de Photo Times) sont reproduits sur les deuxième et troisième de couverture, ainsi que sur des pages transparentes insérées dans le catalogue. A la suite du texte, vingt photographies monochromes sont reproduites dans des formats variés.

Continue la lecture

Cecile Laly

CREOPS - Université Paris-Sorbonne

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Seiichi Uozumi

“Seiichi Uozumi 1920′s – 1930′s”

「 魚住誠一写真展 ブロムオイルの美学  Seiichi Uozumi 1920′S – 1930′s渋谷区立松濤美術館2010年2月7日~3月14日

Exposition de photographies d’Uozumi Seichi, années 1920-1930. Esthétique du Bromoïl, Musée d’art Shōtō, 7 février – 14 mars 2010

Ce livre a été publié à l’occasion de l’exposition éponyme qui a eu lieu au Musée d’art Shōtō, situé à Shibuya, Tokyo.

Petit livre souple de 33 pages (19,2×25,7cm).

Crédits : Musée d’art Shōtō.

Photographie en première de couverture : Uozumi Seiichi, Magnolia blanc, 1920-40 [魚住誠一≪白木蓮≫1920-40年 uozumi seiichi (hakumokuren) 1920-40 nen]

Petit catalogue offrant une courte biographie d’Uozumi Seiichi (1894-1950) ; un court texte de Mitsuda Yuri (pp. 2-3), conservatrice au Musée d’art Shōtō, qui met en avant le caractère d’homme de lettre d’Uozumi, formé notamment à la littérature, à la calligraphie et au nihonga ; quarante planches d’œuvres monochromes et couleur ; et la liste des planches.

Continue la lecture

Cecile Laly

CREOPS - Université Paris-Sorbonne

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Ishida Kiichiro

“Kiichirô Ishida and the Sydney Camera Circle – Modernism/Japonism in Photography 1920′s-40′s”

「石田喜一郎とシドニーカメラサークル 20世紀写真の探索 写真のモダニズム/ジャポニズム」渋谷区立松頭濤美術館2002723―98

Ishida Kiichirō et le Sydney Camera Circle (Enquête sur la photographie du XXe siècle. Modernisme et japonisme photographique), Musée d’art Shōtō, 23 juillet – 8 septembre 2002

Ce catalogue a été publié à l’occasion de l’exposition éponyme qui a eu lieu au Musée d’art Shōtō, situé à Shibuya, Tokyo.

Catalogue souple de 204 pages (21,3×27,2cm)

Photographie en première de couverture : Ishida Kiichirō, Ruelle, 1923 [石田喜一郎露地≫1923ishida kiichirōroji, 1923 nen]

Credits photographiques : Musée d’art Shōtō et Art Gallery of New South Wales.

Ce catalogue présente le travail d’Ishida Kiichirō, un photographe amateur actif principalement dans les années vingt, jusqu’au milieu des années trente. Une attention plus particulière est d’abord portée à la période où il séjourne à Sydney (1919-23), mettant en avant qu’il y rencontre Kagiyama Ichirō, membre de la Photographic Society of New South Wales, et qu’il est invité à rejoindre le Sydney Camera Circle. C’est ensuite son retour au Japon qui est décrit, montrant les répercutions du fait que ses compatriotes le considère comme « l’expert du bromoïl », et rappelant le contexte historique de la photographie japonaise de cette période glissant de la Photographie d’Art à la Nouvelle Photographie.

Il est composé de deux textes : le premier, intitulé Ishida Kiichirō et le Sydney Camera Circle. Modernité et Japon dans la photographie [『石田喜一郎とシドニーカメラサークル 写真における近代と日本』ishida kiichirō to shidonī kamera sākuru, shashin ni okeru kindai to nihon] (pp. 8-19) a été écrit par Mitsuda Yuri, conservatrice au musée d’art Shōtō ; le deuxième, plus court, est une introduction à l’exposition, écrite par Judy Annear, conservatrice à l’Art Gallery de New South Wales.

Les textes sont suivies des planches (164) qui sont divisées en quatre parties : 1. 1920 – 1930 Ishida Kiichirō et Sydney (pp.40-80, 46 planches) ; 2. Kagiyama Ichirō et le Sydney Camera Circle (pp. 81-111, 36 planches) ; 3. Japon et modernité chez Ishida Kiichirō (pp. 112-143, 40 planches) ; 4. Modernité japonaise, Ishida Kiichirō et ses dernières années (pp. 144-175, 42 planches). Continue la lecture

Cecile Laly

CREOPS - Université Paris-Sorbonne

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Présentation bibliographique


Carnets de recherche