Archives de catégorie : Photographes modernes

Catalogues du musée d’art Shôtô, Shibuya

Depuis les années 1990, le musée d’art Shōtō, situé à Shibuya, Tokyo, a organisé plusieurs expositions sur la thématique de la photographie japonaise moderne.

Parmi les présentations à venir se trouvent plusieurs de leurs catalogues d’expositions :

Nojima Yasuzō et le Ladies Camera Club dans les années 1930, 7 février – 21 mars 1993, musée d’art Shōtō  『野島康三とレディス・カメラ・クラブ YASUZO NOJIMA and Lady’s Camera Club in 1930’s』1993年2月7日ー3月21日渋谷区立松濤美術館 [jp]

L’ère de l’art photographique – Flâneurs urbains de l’ère Taishō, 8 décembre 1998 – 31 janvier 1999, musée d’art Shōtō  『写真芸術の時代 大正期の都市散策者たち – « SHASHIN GEIJUTSU » – Photography Art. The 5 Flâneuse in Tokyo 1921-24』1998年12月8日ー1999年1月31日、渋谷区立松濤美術館 [jp/en] [no 85]

Kiichirō Ishida and the Sydney Camera Circle. Modernism/Japonism in Photography 1920’s-40’s, 23 juillet – 8 septembre 2002, musée d’art Shōtō  『石田喜一郎とシドニーカメラサークル 20世紀写真の探索 写真のモダニズム/ジャポニズム – Modernism/Japonism in Photography 1920’s-40’s. Kiichiro Ishida and Sydney Camera Circle』2002年7月23日ー9月8日渋谷区立松濤美術館 [jp/en] [no 103]

Ei-Kyû : La grande aventure d’un artiste d’avant-garde, 10 août – 20 septembre 2004, musée d’art Shōtō  『前衛画家の大きな冒険 瑛九』2004年8月10日ー9月20日渋谷区立松濤美術館 [jp] [no 115]

Nojima Yasuzō : Œuvres et documents de la collection du musée d’art Shōtō, 29 septembre – 15 novembre 2009, musée d’art Shōtō  『渋谷区立松濤美術館所蔵 野島康三作品と資料集 – Yasuzo nojima 1889-1964 Works and archives. Collection of the Shoto Museum of Art』2009年9月29日ー11月15日渋谷区立松濤美術館 [jp] [no 140]

Seiichi Uozumi 1920’s – 1930’s, 7-21 février 2010 (1ère partie) – 27 février – 14 mars 2010 (2ème partie),  musée d’art Shōtō  『魚住誠一写真展 ブロムオイルの美学 Seiichi Uozumi 1920’s-1930’s』2010年2月7日ー2月21日(前期)、2月27日ー3月14日(後期)渋谷区立松濤美術館 [jp]

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Tanuma Takeyoshi, « Kimura Ihee – Photographier Shôwa » (1), (2), (3) et (4)

Petit livre de photographies, compilé par le photographe Tanuma Takeyoshi, de 15×10,5cm et publié en quatre tomes. Les tomes 1 et 2 contiennent respectivement 165 et 183 photographies  noir et blanc et les tomes 3 et 4,  181 et 159 photographies noir et blanc. Outre le petit format qui ne permet pas une lecture approfondie des images, il s’agit d’un petit livre, au prix très abordable, qui permet d’avoir une vision générale étendue du travail de Kimura.

Kimura 1.

« Kimura Ihee – Photographier Shôwa – 1. L’avant et l’après guerre », éd. Chikuma Shobô, 1995

『木村伊兵衛 昭和を写す <1> 戦前と戦後』筑摩書房1995年, kimura ihee shôwa wo utsusu (1) senzen to sengo, chikuma shobô, 1995 nen

Le premier tome est divisé en cinq groupes de photographies :

1. Okinawa (沖縄, okinawa) (19 photographies)

2. Ancienne Mandchourie (旧満州, kyû manshû) (22 photographies)

3. Vie avant et pendant la guerre (生活 戦前戦中, seikatsu senzen senchû) (44 photographies)

4. Paysages d’après-guerre (戦後風景, sengo fûkei) (24 photographies)

5. Archipels japonais (日本列島, nippon rettô) (56 photographies)

Les photographies sont suivies d’un court texte de cinq pages du critique Kawamoto Saburô, intitulé « Kimura Ihee : L’œil de l’enfant des rues » (川本三郎『木村伊兵衛 ――下町っ子の目』 kawamoto saburô, kimura ihee — shitamachikko no me)

******

Langue : japonais

ISBN : 978-4480030511

******

Kimura 3.

« Kimura Ihee – Photographier Shôwa – 2. La ville ressuscitée », éd. Chikuma Shobô, 1995

『木村伊兵衛 昭和を写す <2> よみがえる都市』筑摩書房1995年, kimura ihee shôwa wo utsusu  (2) yomigaeru toshi, chikuma shobô, 1995 nen

Le deuxième tome est lui aussi divisé en cinq groupes de photographies :

1. Le retour à la vie (甦る人々, yomigaeru hitobito) (47 photographies)

2. Peuple (1) (庶民, shomin (1)) (37 photographies)

3. Peuple (2) (庶民, shomin (2)) (28 photographies)

4. Ueno, Asakusa (上野 浅草, ueno asakusa) (50 photographies)

5. Ginza (銀座, ginza) (21 photographies)

Les photographies sont suivies d’un court texte de cinq pages de l’auteur Ozawa Nobuo, intitulé « Kimura Ihee : L’homme de la rue » (小沢信男『解説 路上の人ーー木村伊兵衛』ozawa nobuo, kaisetsu rojô no hito — kimura ihee)

******

Langue : japonais

ISBN : 978-4480030528

******

Kimura 2.

« Kimura Ihee – Photographier Shôwa – 3. Scène et personnalités », éd. Chikuma Shobô, 1995

『木村伊兵衛 昭和を写す <3> 人物と舞台』筑摩書房1995年, kimura ihee shôwa wo utsusu  (3) jinbutsu to butai, chikuma shobô, 1995 nen

Le troisième tome est divisé en quatre groupes de photographies :

1. Quatre peintres (四人の画家, yonin no gaka) (41 photographies) (Uemura Shôen (上村松園),Kaburaki Kiyokata (鏑木清方), Kawai Gyokudô (川合玉堂),  Yokoyama taikan (横山大観))

2. Personnalités (Portraits d’hommes de lettre) (人物(文士・人国記 他, jinbutsu (bunshi・jinkokki hoka) (60 photographies)

3. Personnalités (Femmes artisanes) (職人・女たち, shokunin・onna tachi) (29 photographies)

4. Scène (舞台, butai) (51 photographies)

Les photographies sont suivies d’un court texte de cinq pages de l’auteur Deguchi Yûkô, intitulé « Kimura Ihee : Le charme de Shôwa » (出口裕弘『解説 木村伊兵衛ー「昭和」の風情』deguchi yûkô, kimura ihee — « showa » no fuzei)

******

Langue : japonais

ISBN : 978-4480030535

******

Kimura 4.

« Kimura Ihee – Photographier Shôwa – 4. Folklore d’Akita », éd. Chikuma Shobô, 1995

『木村伊兵衛 昭和を写す <4> 秋田の民俗』筑摩書房1995年, kimura ihee shôwa wo utsusu  (4) akita no minzoku, chikuma shobô, 1995 nen

Le troisième tome est divisé en cinq groupes de photographies :

1. Pays de neige (雪国, yuki guni) (33 photographies)

2. Bourgeonnement (芽生え, mebae) (30 photographies)

3. Rizières (田植え, taue) (31 photographies)

4. Festivals (お盆, o bon) (27 photographies)

5. Récoltes (収獲, shûkaku) (38 photographies)

Les photographies sont suivies d’un court texte de cinq pages du journaliste Muno Takeji, intitulé « Origines du photojournalisme » (むの・たけじ『解説 フォト・ジャーナリズムの源流』muno takeji, foto・jaanarizumu no genryû)

******

Langue : japonais

ISBN978-4480030542

******

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Pétition pour la sauvegarde du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya

Depuis plusieurs mois le musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya est en proie à des remous. voir pour cela les billets précédents de ce blog ici et .

Une pétition a été mise en place sur le net pour la sauvegarde de cet établissement. Aucune date limite n’est précisée pour y apposer votre signature électronique.

Le travail de cet établissement est important pour Gutaï, le groupe d’artistes bien connu d’après-guerre, et en ce qui concerne ce blog, pour les photographes modernes Hanaya Kanbee et Nakayama Iwata.

******

Je veux signer la pétition

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

« Yasuzo Nojima », éd. Skira, 2011

Livre publié à l’occasion de l’exposition Yasuzo Nojima. Master of Japanese Photography between Pictoralism and modernism, Modena, Fotomuseo Giuseppe Panini, 27 mars – 5 juin 2011

Livre publié ce mois-ci aux édition Skira – photography. Il présente le travail photographique de Nojima Yasuzô. Les œuvres représentées sont celles réunies dans la « Collection Nojima Yasuzô », conservée au musée national d’art moderne de Kyoto. En dehors du Japon, cette collection a été présentée aux états-Unis (département de photographie du Art Institute of Chicago) au début des années quatre-vingt. Cette fois-ci, c’est en Italie que la collection vient d’être exposée.

 Après la mort de Nojima Yasuzô en 1964, ses œuvres ont été conservées par sa famille et ses amis photographes, qui ont formé la Société de conservation des travaux de Nojima Yasuzô (nojima yasuzô isaku hozonkai) et ont constitué cette collection.

Ce livre est constitué de deux textes – l’un de Kohmoto Shinji intitulé « The Position of the Nojima Collection in Modern Japanese Art History » et l’autre de Chiara Dall’Olio, « Yasuzo Nojima, Light Pictures » -, de cent-douze planches, d’une biographie de l’artiste et d’une courte bibliographie. Continuer la lecture de « Yasuzo Nojima », éd. Skira, 2011

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Écrits de Nakayama Iwata

Cette liste des écrits de Nakayama Iwata a été compilée à partir des annexes du catalogue Art in Ashiya, Ashiya Camera Club 1930-1942.

1927

Nakayama Iwata, « Tour de la scène photographique occidentale – Récit de voyage après mon retour au pays », Asahi Camera, vol. 4, no. 6, décembre, pp. 626-627 (magazine) 中山岩太「欧米写真界を巡りて 新帰朝者土産話」『アサヒカメラ』4-6 12月 (次刊行物) (nakayama iwata, « ôbei shashinkai wo megurite shinkichôsha miyage banashi », asahi kamera, 4-6, jyû ni gatsu, chikuji kankô butsu)

Nakayama Iwata, « Emmêlé », Shashin Shinpô, décembre (magazine) 中山岩太「雑」『写真新報』12月 (逐次刊行物) (nakayama iwata, « zatsu », shashin shinpô, jyû ni gatsu, chikuji kankô butsu)

1928

Nakayama Iwata, « Pure Photographie d’Art », Asahi Camera, vol. 5, no. 1, janvier, p. 40-42 (magazine) 中山岩太「純芸術写真」『アサヒカメラ』5-1 1月 (逐次刊行物) (nakayama iwata, »jun geijutsu shashin », asahi kamera, 5-1, ichi gatsu, chikuji kankô butsu)

1930

Nakayama Iwata, « Sélection de photographies publicitaires », Asahi Camera, vol. 9, no. 5, mai, 506-507 (magazine) 中山岩太「広告写真の入選作品」『アサヒカメラ』9-5 5月 (逐次刊行物) (nakayama iwata, kôkoku shashin no nyûsen sakuhin, asahi kamera, 9-5, go gatsu, chikuji kankô butsu)

Nakayama Iwata, « “Impression du lauréat” effet de la publicité de petite taille », Asahi Camera, vol. 9, no. 6, juin, p. 592 (magazine) 中山岩太「〔入賞作者感想〕小型広告の効果」」『アサヒカメラ』9-6 6月 (逐次刊行物) (nakayama iwata, « nyûshô sakusha kansô, kogata kôkoku no kôka », asahi kamera, 9-6, roku gatsu, chikuji kankô butsu)

Continuer la lecture de Écrits de Nakayama Iwata

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

« Art in Ashiya, Ashiya Camera Club 1930-1942 »

『芦屋の美術を探る 芦屋カメラクラブ 1930-1942, Art in Ashiya, Ashiya Camera Club 1930-1942

Musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya, 7 février – 5 avril 1998

Exposition organisée par le musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya et par la Fondation pour la promotion de la culture de la ville d’Ashiya, en collaboration avec le musée d’art moderne de la préfecture du Hyogo.

Cette exposition qui date de 1998 est la première rétrospective retraçant l’histoire du Club photographique d’Ashiya. A cette occasion, il a été décidé de réaliser un catalogue qui est une reproduction du premier catalogue édité par ce club en 1931, intitulé Almanach de l’Ashiya Camera Club (『芦屋カメラクラブ年鑑』ashiya kamera kurabu nenkan), et publié à l’occasion de leur première exposition organisée sur Tokyo en avril 1931.

L’ACC (Ashiya Camera Club) a été fondé par Nakayama Iwata en 1930. Afin que ce club fasse grand bruit dans le monde de la photographie nippone, Nakayama a organisé leur première exposition dans la capitale tout de suite après l’Exposition internationale itinérante de photographie allemande en utilisant la même salle des bâtiments Asahi Shinbunsha. Cette exposition, tout comme l’Almanach de l’Ashiya Camera Club, présentait vingt-neuf photographies réalisées par six artistes. Ces six artistes sont les suivants: Nakayama Iwata, Benitani (aussi lu Beniya) Kichinosuke, Kôrai Seiji, Yamakawa Ken’ichirô, Matsubara Jûzô et Hanaya Kanbee

Le catalogue publié par le musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya en 1998 reprend l’Almanach de 1931. Le même papier épais, mat et légèrement jauni est utilisé. La couverture au Design simple est identique. Il existe cependant des différences. Dans la version de 1998, quatre-vingt-neuf photographies des six artistes sont reproduites. Aux vingt-neuf photographies originelles sont additionnées des œuvres postérieures représentatives du travail de chacun.  De plus, à la suite des reproduction d’œuvres, sont ajoutés un texte explicatif de l’histoire du club écrit par Yamamoto Atsuo (conservateur),  une chronologie allant de 1927 à 1943, une liste de documents bibliographiques d’époque, une liste détaillée des quatre-vingt-neuf œuvres, une courte biographie des six photographes et enfin une liste des vingt-neuf (en réalité vingt-cinq) membres du Club photographique d’Ashiya. Continuer la lecture de « Art in Ashiya, Ashiya Camera Club 1930-1942 »

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Démission simultanée des conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya (2)

Ce billet fait suite au billet précédent  qui porte le même titre. Le 19 février dernier le Kobe Shinbun (journal de Kobe) annonçait la démission simultanée des quatre conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya en manifestation contre la modification du système de gestion de l’établissement. Un mois plus tard, le 15 mars, le Kobe Shinbun publiait un deuxième article sur ce même sujet afin de préciser les circonstances de ce remaniement.

De son côté le musée lui-même a annoncé un changement de direction dans un très court communiqué daté du 1er avril 2011.

Pour les non-japonologues, voici la traduction de l’article original du Kobe Shinbun du 15 mars 2011.

Responsabilité administrative – Départ simultané des conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya

Avec l’introduction du système des administrateurs nommés, l’équipe directionnelle est changée et les conservateurs démissionnent tous simultanément du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya. Ville d’Ashiya, quartier d’Ise.

Avec la démission simultanée des quatre conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya (ville d’Ashiya, quartier Ise) à la fin du mois de mars, vient la restitution d’œuvres qui ont fait l’objet de donation ou de mise en dépôt. Les associations qui seront les administrateurs nommés du musée à partir de 2011, ont présenté l’orientation de la nouvelle organisation. Mais alors pourquoi les conservateurs ont-ils décidé de quitter ce musée dans lequel ils travaillent depuis longtemps ? Et est-il juste d’introduire le « système des administrateurs nommés » dans un établissement qui garde des biens culturels que l’on peut désigner comme des richesses en copropriété des citoyens, en d’autres termes que des sociétés privées remplacent la collectivité dans la direction d’un établissement ? ce sont là les questionnements qui nous ont été transmis par les conservateurs et les chercheurs. (Kamiya Chiaki)

Le musée a ouvert en 1991. À cause des difficultés financières de la ville, depuis 2006 les personnes juridiques de la NPO, qui a été créé par les volontaires pour la continuité du bâtiment (l’Ashiya Museum Management (AMM)), sont devenues l’équipe directionnelle. À la fin de l’année dernière, la ville a fait une proposition pour l’association qui serait en charge à partir de 2011 mais le conseil de la ville a rejeté cette proposition. C’est l’organisation collective (d’appellation familière Ashibi), constituée de l’AMM, de Shogakukan-Shueisha Production et de Global Community, qui a été choisie comme administrateur nommé. À partir d’avril, le budget des ressources humaines est fortement diminué et les conservateurs ne seront plus que deux. L’argent économisé sera destiné à l’amélioration du contenu des expositions.

Dispersion des œuvres

Katô Mizuho (43 ans) qui est entrée dans ce musée en 1993 et qui travaille comme conservatrice dans la section art, explique la raison de son départ : « Nous souhaitions pouvoir continuer de travailler tous les quatre mais l’orientation que vise l’AMM est très différente. Elle ne comprend pas notre travail et nous a annoncé soudainement une diminution des salaires. Nous ne pouvons pas nous empêcher d’être méfiants […] Nous ne savons pas comment nous excuser auprès des artistes, des citoyens locaux et des collectionneurs qui ont collaboré avec nous jusqu’à présent. C’est dommage. »

De plus, elle ajoute : « J’ai l’impression que l’AMM n’a pas essayé de connaître la quantité et la spécialité du travail du musée ». Le musée conserve beaucoup de documents de nos relations locales tels que ceux de l’Association d’art Gutai, une collectivité d’artistes d’avant-garde et de Nakayama Iwata, le leader de la photographie moderne. Elle déclare également : « D’abord, nous répondons aux demandes de renseignements des chercheurs nationaux et internationaux, puis nous organisons la programmation du musée et les conférences pour les habitants, ce sont là nos efforts pour transmettre la culture et l’histoire qui n’est pas encore dans la lumière. Dans un système à deux personnes, ces responsabilités seront difficiles à tenir ».

Certains habitants dénoncent qu’il « est difficile de comprendre le contenu de la présentation ». Madame Katô renchérit : « Lorsque nous avons proposé une programmation, l’AMM l’a expédiée en ne la trouvant pas attirante et n’a pas essayé de discuter concrètement avec nous pour l’améliorer ».

Elle fait remarquer que désormais « comme nous ne pouvons pas expliquer la reprise aux nouveaux conservateurs, nous nous inquiétons de savoir comment va évoluer la relation de confiance avec les artistes ou leurs descendants. S’il n’y a plus de relation de confiance, il n’y aura plus ni don, ni mise en dépôt, ni prêt ou emprunt avec les autres musées, qui sont des actes nécessaires à la direction d’un musée. Beaucoup d’œuvres qui ont été données ou mises en dépôt ont fait l’objet d’une demande de restitution, « une dispersion serait vraiment dommage et je pense que c’est une institution qui peut explorer et utiliser les œuvres et qui apprécie convenablement leur valeur qui devrait les détenir ».

Préparation à la coopération

l’AMM qui à partir d’avril sera l’administrateur nommé du musée, répond à nos questions : « À l’heure actuelle, nous ne pouvons pas parler des détails historiques ». Le 4 de ce mois il y a eu une conférence de presse. Hirose Tadako (83 ans), la présidente de l’Association des femmes de la ville, qui va entrer en fonction à la direction du musée raconte : « Je souhaite que le musée devienne un lieu familier de tout le monde, des enfants aux personnes âgées […] et que les événements ouverts à la participation du public augmentent également ». Huit expositions sont programmées pour l’année 2011. « Nous avons envie de mettre à profit les œuvres de qualité qui n’ont pas beaucoup été exposées jusqu’à présent ». À partir du 2 avril, la première exposition est celle de Nakada Yoshie, un peintre yôga relié à Ashiya.

Pour le recrutement public des conservateurs, environs cent-dix personnes ont postulé. Il y a une décision officieuse sur deux femmes qui ont une expérience de conservateur, l’une d’elle est dans la vingtaine et l’autre est dans la trentaine. Ces deux nouvelles venues vont porter le projet sur leurs épaules. L’Ashibi explique que cette reprise « commence dans un budget limité. D’autres employés ont passé le diplôme de conservateur pour se préparer à travailler en collaboration avec elles. Dans le futur, il y a une possibilité que le nombre de conservateurs augmente ». En ce qui concerne le retour des donations et des mises en dépôt « le musée s’efforce de donner des explications courtoises ».

Manque de communication

Nakagawa Ikuo (64 ans), professeur à l’université Tezuka Yama, spécialiste de la politique culturelle des collectivités affirme que « la responsabilité de la ville d’Ashiya qui n’a pas indiqué clairement la forme que le musée doit avoir et qui n’est pas venu discuter avec les employés, est lourde ». Au même moment, il remarque que « les conservateurs ne doivent pas seulement s’occuper de leur spécialité mais doivent également se charger d’informer les habitants. L’AMM n’a pas assez dialogué avec les conservateurs ».

Le système des administrateurs nommés a commencé en 2003. Cependant, son application au musée d’art et au musée d’histoire a été mise en doute par les employés du musée, puis par les chercheurs. Récemment il a semblé que son introduction dans les établissements culturels avait diminué. « À l’origine, bien que ce système vise à une meilleure administration en tirant profit de la force du privé, beaucoup de collectivités le considère comme un moyen de diminuer ses dépenses. Pour garantir un certain niveau de qualité, un standard minimum pour le nombre de conservateurs et pour les frais de gestions doit être fixé ».

Pour le professeur Nakagawa, la faiblesse de ce système est que comme l’organisation directionnelle est souvent modifiée, les conservateurs doivent changer constamment d’établissements et ils deviennent donc « des artisans migrateurs ». Il remarque que « la programmation et la gestion qui conviendrait à la région est demandé aux petits établissements régionaux mais comme les conservateurs alternent les uns après les autres, il ne peut pas y avoir de cumul d’expérience ».

Dans l’avenir, « le musée d’art et d’histoire est-il nécessaire à la ville d’Ashiya ? Pour répondre à cette question, Ashiya doit organiser des symposiums au moment où ce nouveau système est en mutation. Il est indispensable que les habitants eux-mêmes réfléchissent à cette question ».

(2011/03/15 11:29)

 

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook