Démission simultanée des conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya (2)

Ce billet fait suite au billet précédent  qui porte le même titre. Le 19 février dernier le Kobe Shinbun (journal de Kobe) annonçait la démission simultanée des quatre conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya en manifestation contre la modification du système de gestion de l’établissement. Un mois plus tard, le 15 mars, le Kobe Shinbun publiait un deuxième article sur ce même sujet afin de préciser les circonstances de ce remaniement.

De son côté le musée lui-même a annoncé un changement de direction dans un très court communiqué daté du 1er avril 2011.

Pour les non-japonologues, voici la traduction de l’article original du Kobe Shinbun du 15 mars 2011.

Responsabilité administrative – Départ simultané des conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya

Avec l’introduction du système des administrateurs nommés, l’équipe directionnelle est changée et les conservateurs démissionnent tous simultanément du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya. Ville d’Ashiya, quartier d’Ise.

Avec la démission simultanée des quatre conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya (ville d’Ashiya, quartier Ise) à la fin du mois de mars, vient la restitution d’œuvres qui ont fait l’objet de donation ou de mise en dépôt. Les associations qui seront les administrateurs nommés du musée à partir de 2011, ont présenté l’orientation de la nouvelle organisation. Mais alors pourquoi les conservateurs ont-ils décidé de quitter ce musée dans lequel ils travaillent depuis longtemps ? Et est-il juste d’introduire le « système des administrateurs nommés » dans un établissement qui garde des biens culturels que l’on peut désigner comme des richesses en copropriété des citoyens, en d’autres termes que des sociétés privées remplacent la collectivité dans la direction d’un établissement ? ce sont là les questionnements qui nous ont été transmis par les conservateurs et les chercheurs. (Kamiya Chiaki)

Le musée a ouvert en 1991. À cause des difficultés financières de la ville, depuis 2006 les personnes juridiques de la NPO, qui a été créé par les volontaires pour la continuité du bâtiment (l’Ashiya Museum Management (AMM)), sont devenues l’équipe directionnelle. À la fin de l’année dernière, la ville a fait une proposition pour l’association qui serait en charge à partir de 2011 mais le conseil de la ville a rejeté cette proposition. C’est l’organisation collective (d’appellation familière Ashibi), constituée de l’AMM, de Shogakukan-Shueisha Production et de Global Community, qui a été choisie comme administrateur nommé. À partir d’avril, le budget des ressources humaines est fortement diminué et les conservateurs ne seront plus que deux. L’argent économisé sera destiné à l’amélioration du contenu des expositions.

Dispersion des œuvres

Katô Mizuho (43 ans) qui est entrée dans ce musée en 1993 et qui travaille comme conservatrice dans la section art, explique la raison de son départ : « Nous souhaitions pouvoir continuer de travailler tous les quatre mais l’orientation que vise l’AMM est très différente. Elle ne comprend pas notre travail et nous a annoncé soudainement une diminution des salaires. Nous ne pouvons pas nous empêcher d’être méfiants […] Nous ne savons pas comment nous excuser auprès des artistes, des citoyens locaux et des collectionneurs qui ont collaboré avec nous jusqu’à présent. C’est dommage. »

De plus, elle ajoute : « J’ai l’impression que l’AMM n’a pas essayé de connaître la quantité et la spécialité du travail du musée ». Le musée conserve beaucoup de documents de nos relations locales tels que ceux de l’Association d’art Gutai, une collectivité d’artistes d’avant-garde et de Nakayama Iwata, le leader de la photographie moderne. Elle déclare également : « D’abord, nous répondons aux demandes de renseignements des chercheurs nationaux et internationaux, puis nous organisons la programmation du musée et les conférences pour les habitants, ce sont là nos efforts pour transmettre la culture et l’histoire qui n’est pas encore dans la lumière. Dans un système à deux personnes, ces responsabilités seront difficiles à tenir ».

Certains habitants dénoncent qu’il « est difficile de comprendre le contenu de la présentation ». Madame Katô renchérit : « Lorsque nous avons proposé une programmation, l’AMM l’a expédiée en ne la trouvant pas attirante et n’a pas essayé de discuter concrètement avec nous pour l’améliorer ».

Elle fait remarquer que désormais « comme nous ne pouvons pas expliquer la reprise aux nouveaux conservateurs, nous nous inquiétons de savoir comment va évoluer la relation de confiance avec les artistes ou leurs descendants. S’il n’y a plus de relation de confiance, il n’y aura plus ni don, ni mise en dépôt, ni prêt ou emprunt avec les autres musées, qui sont des actes nécessaires à la direction d’un musée. Beaucoup d’œuvres qui ont été données ou mises en dépôt ont fait l’objet d’une demande de restitution, « une dispersion serait vraiment dommage et je pense que c’est une institution qui peut explorer et utiliser les œuvres et qui apprécie convenablement leur valeur qui devrait les détenir ».

Préparation à la coopération

l’AMM qui à partir d’avril sera l’administrateur nommé du musée, répond à nos questions : « À l’heure actuelle, nous ne pouvons pas parler des détails historiques ». Le 4 de ce mois il y a eu une conférence de presse. Hirose Tadako (83 ans), la présidente de l’Association des femmes de la ville, qui va entrer en fonction à la direction du musée raconte : « Je souhaite que le musée devienne un lieu familier de tout le monde, des enfants aux personnes âgées […] et que les événements ouverts à la participation du public augmentent également ». Huit expositions sont programmées pour l’année 2011. « Nous avons envie de mettre à profit les œuvres de qualité qui n’ont pas beaucoup été exposées jusqu’à présent ». À partir du 2 avril, la première exposition est celle de Nakada Yoshie, un peintre yôga relié à Ashiya.

Pour le recrutement public des conservateurs, environs cent-dix personnes ont postulé. Il y a une décision officieuse sur deux femmes qui ont une expérience de conservateur, l’une d’elle est dans la vingtaine et l’autre est dans la trentaine. Ces deux nouvelles venues vont porter le projet sur leurs épaules. L’Ashibi explique que cette reprise « commence dans un budget limité. D’autres employés ont passé le diplôme de conservateur pour se préparer à travailler en collaboration avec elles. Dans le futur, il y a une possibilité que le nombre de conservateurs augmente ». En ce qui concerne le retour des donations et des mises en dépôt « le musée s’efforce de donner des explications courtoises ».

Manque de communication

Nakagawa Ikuo (64 ans), professeur à l’université Tezuka Yama, spécialiste de la politique culturelle des collectivités affirme que « la responsabilité de la ville d’Ashiya qui n’a pas indiqué clairement la forme que le musée doit avoir et qui n’est pas venu discuter avec les employés, est lourde ». Au même moment, il remarque que « les conservateurs ne doivent pas seulement s’occuper de leur spécialité mais doivent également se charger d’informer les habitants. L’AMM n’a pas assez dialogué avec les conservateurs ».

Le système des administrateurs nommés a commencé en 2003. Cependant, son application au musée d’art et au musée d’histoire a été mise en doute par les employés du musée, puis par les chercheurs. Récemment il a semblé que son introduction dans les établissements culturels avait diminué. « À l’origine, bien que ce système vise à une meilleure administration en tirant profit de la force du privé, beaucoup de collectivités le considère comme un moyen de diminuer ses dépenses. Pour garantir un certain niveau de qualité, un standard minimum pour le nombre de conservateurs et pour les frais de gestions doit être fixé ».

Pour le professeur Nakagawa, la faiblesse de ce système est que comme l’organisation directionnelle est souvent modifiée, les conservateurs doivent changer constamment d’établissements et ils deviennent donc « des artisans migrateurs ». Il remarque que « la programmation et la gestion qui conviendrait à la région est demandé aux petits établissements régionaux mais comme les conservateurs alternent les uns après les autres, il ne peut pas y avoir de cumul d’expérience ».

Dans l’avenir, « le musée d’art et d’histoire est-il nécessaire à la ville d’Ashiya ? Pour répondre à cette question, Ashiya doit organiser des symposiums au moment où ce nouveau système est en mutation. Il est indispensable que les habitants eux-mêmes réfléchissent à cette question ».

(2011/03/15 11:29)

 

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.