Démission simultanée des conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya

Une fois n’est pas coutume, ce blog est dédié à une bibliographie de la photographie japonaise moderne mais je me permets de faire un écart sur une actualité qui est en rapport directe avec mes recherches sur  cette même thématique.

Dans un article daté du 19 février dernier le Kôbe Shinbun (journal de Kobe), annonçait la démission simultanée des quatre conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya. Ce musée conserve, en ce qui concerne ce blog, une partie des archives de Nakayama Iwata et des pièces reliées à la revue Kôga. Comme nous l’annonce l’article, ce départ risque de ne pas être sans conséquence sur les collections du musée qui sont pour une grande partie des mises en dépôt d’œuvres et d’archives par les familles des artistes décédés. C’est donc notamment le cas des archives reliées à Nakayama Iwata. Elles ont été mises en dépôt en partie dans ce musée suite au grand tremblement de terre de Kobe (17 janvier 1995) qui avait détruit l’ancien atelier du photographe où ses œuvres étaient toujours conservées  depuis sa mort.

Voici la traduction de  l’article original du Kôbe shinbun.

Démission simultanée des conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya

 

photo, Uchida Seiki
Interview avec les conservateurs du musée. Le 18 au soir, Hôtel de ville d’Ashiya (photo, Uchida Seiki)

Le 18 de ce mois, les quatre conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya, un musée connu pour sa collection Gutai, un groupe d’artistes actif dans le Hanshin après la guerre, ont riposté contre la réduction considérable de la somme allouée aux ressources humaines en annonçant manifestement leur démission pour la fin du mois de mars. Cette démission simultanée des conservateurs est un cas exceptionnel. Les propriétaires des œuvres mises en dépôt examinent leur rapatriement et la peur d’une dispersion de cette collection qui transmet la culture de la région commence à être ressentie. (Kamiya Chiaki)

Les conservateurs dépendent de l’AMM (Ashiya Museum Management), la personne juridique NPO (Association à but non lucratif) qui administre ce musée. Le 18 au soir, ils se sont réunis pour un entretien à l’hôtel de ville et ils ont manifesté leur intention de démissionner à la fin de l’année 2010.

Ce musée a ouvert ses portes en 1991. À cause des difficultés financières qu’il a rencontrées, depuis 2006 sa gestion a été confiée à l’AMM . Les conservateurs qui étaient avant employés par la ville sont donc devenus à partir de là  des employés de l’AMM.

De plus, depuis 2011 la ville a décidé d’introduire le système des administrateurs nommés et en janvier de cette année, elle a choisi l’AMM et la Shogakukan-Shueisha Productions Co.Ltd. en tant que tels.

Le budget des ressources humaines de 2010 qui était d’environ 31 millions de yens a été réduit par les administrateurs nommés d’environ 11 millions de yens depuis le début de cette année . Une diminution du nombre de conservateurs de quatre à deux personnes et une diminution du budget à environ 20 millions de yens ont été décidées. Akeo Keizô, l’actuel dirigeant de l’administration de ce musée pour lequel il travaille depuis environ dix-huit ans, a expliqué dans un entretiens la raison de son départ : « Une décision a été prise presque sans consultation à propos du budget des ressources humaines et du projet de l’entreprise. Cela est vraiment dommage quant à sa responsabilité envers l’histoire et la culture de la région. Nous nous méfions de l’AMM et désormais nous ne pouvons plus participer à la direction ». Du côté de l’AMM il est dit : « il faut assurer la direction dans les limites budgétaires, (en ce qui concerne ce départ) c’est dommage ».

Avec le départ simultané des quatre conservateurs, les habitants de la région qui ont fait don ou ont mis en dépôt des œuvres précieuses au musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya, s’inquiètent de plus en plus et commencent à réfléchir à leur rapatriement.

La famille d’Hanaya Kanbee, le célèbre photographe de cette ville qui faisait partie du mouvement avant-gardiste Nouvelle Photographie (shinkô shashin) au début de l’ère Shôwa, a fait donation de ses œuvres et a dit : « La disparition des conservateurs qui comprennent bien la culture locale et avec lesquels nous avons bâti des relations de confiance depuis longtemps, nous inquiète vraiment ». Ils étudient une récupération des œuvres et expliquent leur confusion : « Nous souhaitons en (ces œuvres) faire profiter  les affaires culturelles régionales d’Ashiya  ».

De plus, Matsumoto Gen’ichirô (69 ans) le président de la Sanjôkai, l’organisation citoyenne du quartier de Sanjô d’Ashiya et qui a fait don d’archives et d’illustrations de l’ère d’Edo a dit : « en début de semaine, nous allons tous nous retrouver pour discuter et décider si nous allons demander une restitution. Nous voulons que la ville s’explique en détaille sur la nouvelle orientation de la direction ». Horio Sadaharu, un artiste anciennement membre de l’Association artistique Gutai, penche aussi vers « une restitution des œuvres mises en dépôt ».

La partie historique de ce même musée, conduit actuellement une enquête orale sur la continuation des mises en dépôt auprès des personnes concernées.

(19/02/2011, 00:02)

 

 

 

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.