Archives par mot-clé : Sugita Hideo (Ei-Kyu)

”Ei-Kyû : La grande aventure d’un artiste d’avant-garde”

『前衛画家の大きな冒険 瑛九』2004年8月10日ー9月20日渋谷区立松濤美術館

Ei-kyū : La grande aventure d’un artiste d’avant-garde, musée d’art Shōtō, 10 août – 20 septembre 2004

Ce catalogue a été publié à l’occasion de l’exposition éponyme qui a eu lieu au Musée d’art Shōtō, situé à Shibuya, Tokyo.

Livre couverture souple de 176 pages (29.5×19.6cm).

Crédits : Ei-Kyū ; Tamai Mizuo ; musée d’art Shōtō ; musée d’art moderne de la préfecture de Saitama ; musée d’art d’Urawa ; musée d’art de la préfecture de Miyazaki ; Galerie Toki-no-Wasuremono, Tokyo ; musée national d’art moderne de Tokyo ; collection privée.

Photographie en première de couverture : Tamai Mizuo, Portrait d’Ei-Kyū, 1952 [玉井瑞夫『瑛九氏』1952年, tamai mizuo, ei-kyū-shi, 1952 nen]

Ce catalogue présente le travail de SUGITA Hideo [杉田秀夫, 1911-1960], plus connu sous le nom d’Ei-Kyū [瑛九]. Ce surnom, aussi écrit« Ei-Q »,  apparaît au milieu des années 1930 dans son album de photo-dessin intitulé Raison du sommeil [『眠りの理由』nemuri no riyū] ; il lui aurait été attribué par le peintre HASEGAWA Saburō [長谷川三郎, 1906-1957] et le critique TOYAMA Usaburō [外山卯三郎, 1903-1980].

Le catalogue est divisé en trois parties marquées par un jeu de qualité du papier.

  • Première partie – papier gris : un texte de SEO Noriaki [瀬尾典昭], conservateur du musée d’art Shōtō, intitulé Œuvres pointillistes d’Ei-Kyū – Après-midi sans insecte [『虫のいない午後―瑛九の点描作品』mushi no inai gogoei-kyū no tenbyō sakuhin] (p. 7-13), ainsi que les reproductions de deux lettres écrites de la main d’Ei-Kyū et adressées à KIMIZU Ikuo [木水育男] (p. 14-16).
  • Deuxième partie – papier blanc lisse et satiné : un texte expliquant les œuvres (p. 17), les planches couleurs (65 peintures, 3 photos-dessins (p. 83-85), 20 dessins, 1 reproduction de la couverture de l’album Photo-dessin (1936) accompagnée d’une notice (p. 96) et enfin 10 photos-dessins extraits de l’album (p. 97-101). S’en suit un « photo essai » de TAMAI Mizuo intitulé La mort d’Ei-Kyū [《瑛九逝く》ei-kyū yuku] (p. 102-134), suivi d’une courte biographie de TAMAI Mizuo (p. 135).
  • Troisième partie – même papier gris que pour la première partie : les annexes. Une biographie détaillée et illustrée de la vie d’Ei-Kyū et des événements posthumes jusque 2004 (p. 138-163), une bibliographie (p. 164-171) et enfin la liste des œuvres reproduites (p. 172-175).

Continuer la lecture de ”Ei-Kyû : La grande aventure d’un artiste d’avant-garde”

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Catalogues du musée d’art Shôtô, Shibuya

Depuis les années 1990, le musée d’art Shōtō, situé à Shibuya, Tokyo, a organisé plusieurs expositions sur la thématique de la photographie japonaise moderne.

Parmi les présentations à venir se trouvent plusieurs de leurs catalogues d’expositions :

Nojima Yasuzō et le Ladies Camera Club dans les années 1930, 7 février – 21 mars 1993, musée d’art Shōtō  『野島康三とレディス・カメラ・クラブ YASUZO NOJIMA and Lady’s Camera Club in 1930’s』1993年2月7日ー3月21日渋谷区立松濤美術館 [jp]

L’ère de l’art photographique – Flâneurs urbains de l’ère Taishō, 8 décembre 1998 – 31 janvier 1999, musée d’art Shōtō  『写真芸術の時代 大正期の都市散策者たち – « SHASHIN GEIJUTSU » – Photography Art. The 5 Flâneuse in Tokyo 1921-24』1998年12月8日ー1999年1月31日、渋谷区立松濤美術館 [jp/en] [no 85]

Kiichirō Ishida and the Sydney Camera Circle. Modernism/Japonism in Photography 1920’s-40’s, 23 juillet – 8 septembre 2002, musée d’art Shōtō  『石田喜一郎とシドニーカメラサークル 20世紀写真の探索 写真のモダニズム/ジャポニズム – Modernism/Japonism in Photography 1920’s-40’s. Kiichiro Ishida and Sydney Camera Circle』2002年7月23日ー9月8日渋谷区立松濤美術館 [jp/en] [no 103]

Ei-Kyû : La grande aventure d’un artiste d’avant-garde, 10 août – 20 septembre 2004, musée d’art Shōtō  『前衛画家の大きな冒険 瑛九』2004年8月10日ー9月20日渋谷区立松濤美術館 [jp] [no 115]

Nojima Yasuzō : Œuvres et documents de la collection du musée d’art Shōtō, 29 septembre – 15 novembre 2009, musée d’art Shōtō  『渋谷区立松濤美術館所蔵 野島康三作品と資料集 – Yasuzo nojima 1889-1964 Works and archives. Collection of the Shoto Museum of Art』2009年9月29日ー11月15日渋谷区立松濤美術館 [jp] [no 140]

Seiichi Uozumi 1920’s – 1930’s, 7-21 février 2010 (1ère partie) – 27 février – 14 mars 2010 (2ème partie),  musée d’art Shōtō  『魚住誠一写真展 ブロムオイルの美学 Seiichi Uozumi 1920’s-1930’s』2010年2月7日ー2月21日(前期)、2月27日ー3月14日(後期)渋谷区立松濤美術館 [jp]

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Iwata Nakayama. Portfolio 2010

Durant le dernier Paris Photo (10-13 novembre 2011), la Galerie MEM, originaire de Tokyo, tenait le stand D61. Sur l’avant du stand, elle mettait en avant un photographe contemporain, Hara Hisaji, et au fond du stand, elle présentait vintages et nouveaux tirages de Nakayama Iwata, Ei-Kyû et Shiihara Osamu.

Paris Photo 2011 – Galerie MEM

 

Paris Photo 2011 – Galerie MEM

Iwata Nakayama. Portfolio 2010

Outre cette occasion de pouvoir admirer des œuvres réelles (au lieu de reproduites) de photographes japonais modernes, se trouvait une bonne surprise. La petite librairie présentée par la galerie, proposait un portfolio rédigé en anglais et en japonais sur le photographe Nakayama Iwata. Ce portfolio a été publié en novembre 2010, en cinq cent exemplaires, par la galerie elle-même.

Il est composé de douze reproductions d’œuvres commentées, de la traduction en anglais de trois textes écrits par Nakayama Iwata, d’un article de Kaneko Ryûichi intitulé « The Epitome of Modernism. The world of Iwata Nakayama » et enfin d’une biographie de l’artiste.

A ma connaissance, il s’agit de la première publication en langue occidentale présentant cet artiste. Continuer la lecture de Iwata Nakayama. Portfolio 2010

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Takeba Jo, « The Age of Modernism: From Visualization to Socialization »

Takeba Jo, « The Age of Modernism: From Visualization to Socialization », in The History of Japanese Photography, 2 mars – 27 juillet 2003, The Museum of Fine Arts, Houston, pp. 142-157

Le catalogue The History of Japanese Photography, compilé à l’occasion de l’exposition éponyme au musée d’art de Houston en 2003, est encore aujourd’hui la bible de l’histoire de la photographie japonaise en langue occidentale. Il a fallu huit années de travail de recherche pour réaliser cette exposition et ce catalogue.

Après une introduction d’Anne Wilkes Tucker, six articles divisent le contenu des recherches en six thématiques.

-« The Early Years of Japanese Photography » Kinoshita Naoyuki, pp. 14-35

-« The Origins and Development of Japanese Art Photography » Kaneko Ryûichi, pp. 100-113

-« The Age of Modernism: From Visualization to Socialization » Takeba Jo, pp. 142-157

-« Realism and Propaganda: The Photographer’s Eyes Trained on Society » Kaneko Ryûichi, pp. 184-193

-« The Evolution of Postwar Photography » Iizawa Kôtarô, pp. 208-225

-« Internationalization, Individualism, and the Institutionalization of Photography » Dana Friis-Hansen, pp. 260-279

Ces six textes proposent une lecture de l’histoire de la photographie japonaise de ces débuts, au milieu du XIXème siècle, jusqu’à la période contemporaine. Pour chaque article un nombre important de photographies sont présentées en illustration.

Dans la mesure où ce blog est dédié à la période moderne, ce sont plus particulièrement les deux textes de Kaneko Ryûichi et celui de Takeba Jo qui nous intéressent et dans ce billet, je m’arrête plus particulièrement sur l’article de Takeba Jo, «The Age of Modernism: From Visualization to Socialization ».

Cet article se concentre sur la période entre 1924 et 1945. Durant cet intervalle d’une vingtaine d’années, la photographie japonaise entre en rupture avec le pictorialisme. La photographie  japonaise moderne explose alors avec le mouvement Nouvelle Photographie (shinkô shashin), mouvement influencé par la Nouvelle Objectivité allemande et le Bauhaus. La photographie japonaise évolue ensuite vers le mouvement Photographie d’Avant-Garde (zen’ei shashin) qui n’est pas sans lien avec le surréalisme et vers la photographie journalistique (hôdô shashin).

On note trois sous-titres dans le texte de Takeba Jo : « Objectivity and the New Photography, 1924 to the Early 1930s », « Subjective Presentation and the Search for Avant-Garde Photography, Late 1930s », « Engagement and Conversion: Perspectives on Society and the Other, 1940-45 ». Continuer la lecture de Takeba Jo, « The Age of Modernism: From Visualization to Socialization »

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook