Archives de catégorie : Nakayama Iwata

Giovanni Lista, « Futurism & Photography »

Giovanni Lista, « Futurism & Photography », éd. Merrell Publishers Ltd, 2001

Livre publié à l’occasion de l’exposition éponyme tenue à l’Estorick Collection of Modern Italian Art, Londres, 24 janvier – 22 avril 2001.

Ce livre, dédié au futurisme italien, nous intéresse plus particulièrement dans ce carnet de recherche car il contient trois photographies représentant Trois moments, le pantomime futuriste d’Enrico Prampolini qui a été présenté au théâtre de la Madeleine en mai 1927. Ces photographies ont été réalisées par Nakayama Iwata durant son séjour parisien (1926-27). Elles font aujourd’hui partie d’une collection privée de Rome, elles ont été exposées à Londres et sont reproduites dans ce livre. L’une représente Maria Ricotti dans une interprétation mimée du « Poète érotique » et les deux autres sont des scènes du « Mercante di cuori ». Continuer la lecture de Giovanni Lista, « Futurism & Photography »

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Pétition pour la sauvegarde du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya

Depuis plusieurs mois le musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya est en proie à des remous. voir pour cela les billets précédents de ce blog ici et .

Une pétition a été mise en place sur le net pour la sauvegarde de cet établissement. Aucune date limite n’est précisée pour y apposer votre signature électronique.

Le travail de cet établissement est important pour Gutaï, le groupe d’artistes bien connu d’après-guerre, et en ce qui concerne ce blog, pour les photographes modernes Hanaya Kanbee et Nakayama Iwata.

******

Je veux signer la pétition

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Écrits de Nakayama Iwata

Cette liste des écrits de Nakayama Iwata a été compilée à partir des annexes du catalogue Art in Ashiya, Ashiya Camera Club 1930-1942.

1927

Nakayama Iwata, « Tour de la scène photographique occidentale – Récit de voyage après mon retour au pays », Asahi Camera, vol. 4, no. 6, décembre, pp. 626-627 (magazine) 中山岩太「欧米写真界を巡りて 新帰朝者土産話」『アサヒカメラ』4-6 12月 (次刊行物) (nakayama iwata, « ôbei shashinkai wo megurite shinkichôsha miyage banashi », asahi kamera, 4-6, jyû ni gatsu, chikuji kankô butsu)

Nakayama Iwata, « Emmêlé », Shashin Shinpô, décembre (magazine) 中山岩太「雑」『写真新報』12月 (逐次刊行物) (nakayama iwata, « zatsu », shashin shinpô, jyû ni gatsu, chikuji kankô butsu)

1928

Nakayama Iwata, « Pure Photographie d’Art », Asahi Camera, vol. 5, no. 1, janvier, p. 40-42 (magazine) 中山岩太「純芸術写真」『アサヒカメラ』5-1 1月 (逐次刊行物) (nakayama iwata, »jun geijutsu shashin », asahi kamera, 5-1, ichi gatsu, chikuji kankô butsu)

1930

Nakayama Iwata, « Sélection de photographies publicitaires », Asahi Camera, vol. 9, no. 5, mai, 506-507 (magazine) 中山岩太「広告写真の入選作品」『アサヒカメラ』9-5 5月 (逐次刊行物) (nakayama iwata, kôkoku shashin no nyûsen sakuhin, asahi kamera, 9-5, go gatsu, chikuji kankô butsu)

Nakayama Iwata, « “Impression du lauréat” effet de la publicité de petite taille », Asahi Camera, vol. 9, no. 6, juin, p. 592 (magazine) 中山岩太「〔入賞作者感想〕小型広告の効果」」『アサヒカメラ』9-6 6月 (逐次刊行物) (nakayama iwata, « nyûshô sakusha kansô, kogata kôkoku no kôka », asahi kamera, 9-6, roku gatsu, chikuji kankô butsu)

Continuer la lecture de Écrits de Nakayama Iwata

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

« Art in Ashiya, Ashiya Camera Club 1930-1942 »

『芦屋の美術を探る 芦屋カメラクラブ 1930-1942, Art in Ashiya, Ashiya Camera Club 1930-1942

Musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya, 7 février – 5 avril 1998

Exposition organisée par le musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya et par la Fondation pour la promotion de la culture de la ville d’Ashiya, en collaboration avec le musée d’art moderne de la préfecture du Hyogo.

Cette exposition qui date de 1998 est la première rétrospective retraçant l’histoire du Club photographique d’Ashiya. A cette occasion, il a été décidé de réaliser un catalogue qui est une reproduction du premier catalogue édité par ce club en 1931, intitulé Almanach de l’Ashiya Camera Club (『芦屋カメラクラブ年鑑』ashiya kamera kurabu nenkan), et publié à l’occasion de leur première exposition organisée sur Tokyo en avril 1931.

L’ACC (Ashiya Camera Club) a été fondé par Nakayama Iwata en 1930. Afin que ce club fasse grand bruit dans le monde de la photographie nippone, Nakayama a organisé leur première exposition dans la capitale tout de suite après l’Exposition internationale itinérante de photographie allemande en utilisant la même salle des bâtiments Asahi Shinbunsha. Cette exposition, tout comme l’Almanach de l’Ashiya Camera Club, présentait vingt-neuf photographies réalisées par six artistes. Ces six artistes sont les suivants: Nakayama Iwata, Benitani (aussi lu Beniya) Kichinosuke, Kôrai Seiji, Yamakawa Ken’ichirô, Matsubara Jûzô et Hanaya Kanbee

Le catalogue publié par le musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya en 1998 reprend l’Almanach de 1931. Le même papier épais, mat et légèrement jauni est utilisé. La couverture au Design simple est identique. Il existe cependant des différences. Dans la version de 1998, quatre-vingt-neuf photographies des six artistes sont reproduites. Aux vingt-neuf photographies originelles sont additionnées des œuvres postérieures représentatives du travail de chacun.  De plus, à la suite des reproduction d’œuvres, sont ajoutés un texte explicatif de l’histoire du club écrit par Yamamoto Atsuo (conservateur),  une chronologie allant de 1927 à 1943, une liste de documents bibliographiques d’époque, une liste détaillée des quatre-vingt-neuf œuvres, une courte biographie des six photographes et enfin une liste des vingt-neuf (en réalité vingt-cinq) membres du Club photographique d’Ashiya. Continuer la lecture de « Art in Ashiya, Ashiya Camera Club 1930-1942 »

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Démission simultanée des conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya (2)

Ce billet fait suite au billet précédent  qui porte le même titre. Le 19 février dernier le Kobe Shinbun (journal de Kobe) annonçait la démission simultanée des quatre conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya en manifestation contre la modification du système de gestion de l’établissement. Un mois plus tard, le 15 mars, le Kobe Shinbun publiait un deuxième article sur ce même sujet afin de préciser les circonstances de ce remaniement.

De son côté le musée lui-même a annoncé un changement de direction dans un très court communiqué daté du 1er avril 2011.

Pour les non-japonologues, voici la traduction de l’article original du Kobe Shinbun du 15 mars 2011.

Responsabilité administrative – Départ simultané des conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya

Avec l’introduction du système des administrateurs nommés, l’équipe directionnelle est changée et les conservateurs démissionnent tous simultanément du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya. Ville d’Ashiya, quartier d’Ise.

Avec la démission simultanée des quatre conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya (ville d’Ashiya, quartier Ise) à la fin du mois de mars, vient la restitution d’œuvres qui ont fait l’objet de donation ou de mise en dépôt. Les associations qui seront les administrateurs nommés du musée à partir de 2011, ont présenté l’orientation de la nouvelle organisation. Mais alors pourquoi les conservateurs ont-ils décidé de quitter ce musée dans lequel ils travaillent depuis longtemps ? Et est-il juste d’introduire le « système des administrateurs nommés » dans un établissement qui garde des biens culturels que l’on peut désigner comme des richesses en copropriété des citoyens, en d’autres termes que des sociétés privées remplacent la collectivité dans la direction d’un établissement ? ce sont là les questionnements qui nous ont été transmis par les conservateurs et les chercheurs. (Kamiya Chiaki)

Le musée a ouvert en 1991. À cause des difficultés financières de la ville, depuis 2006 les personnes juridiques de la NPO, qui a été créé par les volontaires pour la continuité du bâtiment (l’Ashiya Museum Management (AMM)), sont devenues l’équipe directionnelle. À la fin de l’année dernière, la ville a fait une proposition pour l’association qui serait en charge à partir de 2011 mais le conseil de la ville a rejeté cette proposition. C’est l’organisation collective (d’appellation familière Ashibi), constituée de l’AMM, de Shogakukan-Shueisha Production et de Global Community, qui a été choisie comme administrateur nommé. À partir d’avril, le budget des ressources humaines est fortement diminué et les conservateurs ne seront plus que deux. L’argent économisé sera destiné à l’amélioration du contenu des expositions.

Dispersion des œuvres

Katô Mizuho (43 ans) qui est entrée dans ce musée en 1993 et qui travaille comme conservatrice dans la section art, explique la raison de son départ : « Nous souhaitions pouvoir continuer de travailler tous les quatre mais l’orientation que vise l’AMM est très différente. Elle ne comprend pas notre travail et nous a annoncé soudainement une diminution des salaires. Nous ne pouvons pas nous empêcher d’être méfiants […] Nous ne savons pas comment nous excuser auprès des artistes, des citoyens locaux et des collectionneurs qui ont collaboré avec nous jusqu’à présent. C’est dommage. »

De plus, elle ajoute : « J’ai l’impression que l’AMM n’a pas essayé de connaître la quantité et la spécialité du travail du musée ». Le musée conserve beaucoup de documents de nos relations locales tels que ceux de l’Association d’art Gutai, une collectivité d’artistes d’avant-garde et de Nakayama Iwata, le leader de la photographie moderne. Elle déclare également : « D’abord, nous répondons aux demandes de renseignements des chercheurs nationaux et internationaux, puis nous organisons la programmation du musée et les conférences pour les habitants, ce sont là nos efforts pour transmettre la culture et l’histoire qui n’est pas encore dans la lumière. Dans un système à deux personnes, ces responsabilités seront difficiles à tenir ».

Certains habitants dénoncent qu’il « est difficile de comprendre le contenu de la présentation ». Madame Katô renchérit : « Lorsque nous avons proposé une programmation, l’AMM l’a expédiée en ne la trouvant pas attirante et n’a pas essayé de discuter concrètement avec nous pour l’améliorer ».

Elle fait remarquer que désormais « comme nous ne pouvons pas expliquer la reprise aux nouveaux conservateurs, nous nous inquiétons de savoir comment va évoluer la relation de confiance avec les artistes ou leurs descendants. S’il n’y a plus de relation de confiance, il n’y aura plus ni don, ni mise en dépôt, ni prêt ou emprunt avec les autres musées, qui sont des actes nécessaires à la direction d’un musée. Beaucoup d’œuvres qui ont été données ou mises en dépôt ont fait l’objet d’une demande de restitution, « une dispersion serait vraiment dommage et je pense que c’est une institution qui peut explorer et utiliser les œuvres et qui apprécie convenablement leur valeur qui devrait les détenir ».

Préparation à la coopération

l’AMM qui à partir d’avril sera l’administrateur nommé du musée, répond à nos questions : « À l’heure actuelle, nous ne pouvons pas parler des détails historiques ». Le 4 de ce mois il y a eu une conférence de presse. Hirose Tadako (83 ans), la présidente de l’Association des femmes de la ville, qui va entrer en fonction à la direction du musée raconte : « Je souhaite que le musée devienne un lieu familier de tout le monde, des enfants aux personnes âgées […] et que les événements ouverts à la participation du public augmentent également ». Huit expositions sont programmées pour l’année 2011. « Nous avons envie de mettre à profit les œuvres de qualité qui n’ont pas beaucoup été exposées jusqu’à présent ». À partir du 2 avril, la première exposition est celle de Nakada Yoshie, un peintre yôga relié à Ashiya.

Pour le recrutement public des conservateurs, environs cent-dix personnes ont postulé. Il y a une décision officieuse sur deux femmes qui ont une expérience de conservateur, l’une d’elle est dans la vingtaine et l’autre est dans la trentaine. Ces deux nouvelles venues vont porter le projet sur leurs épaules. L’Ashibi explique que cette reprise « commence dans un budget limité. D’autres employés ont passé le diplôme de conservateur pour se préparer à travailler en collaboration avec elles. Dans le futur, il y a une possibilité que le nombre de conservateurs augmente ». En ce qui concerne le retour des donations et des mises en dépôt « le musée s’efforce de donner des explications courtoises ».

Manque de communication

Nakagawa Ikuo (64 ans), professeur à l’université Tezuka Yama, spécialiste de la politique culturelle des collectivités affirme que « la responsabilité de la ville d’Ashiya qui n’a pas indiqué clairement la forme que le musée doit avoir et qui n’est pas venu discuter avec les employés, est lourde ». Au même moment, il remarque que « les conservateurs ne doivent pas seulement s’occuper de leur spécialité mais doivent également se charger d’informer les habitants. L’AMM n’a pas assez dialogué avec les conservateurs ».

Le système des administrateurs nommés a commencé en 2003. Cependant, son application au musée d’art et au musée d’histoire a été mise en doute par les employés du musée, puis par les chercheurs. Récemment il a semblé que son introduction dans les établissements culturels avait diminué. « À l’origine, bien que ce système vise à une meilleure administration en tirant profit de la force du privé, beaucoup de collectivités le considère comme un moyen de diminuer ses dépenses. Pour garantir un certain niveau de qualité, un standard minimum pour le nombre de conservateurs et pour les frais de gestions doit être fixé ».

Pour le professeur Nakagawa, la faiblesse de ce système est que comme l’organisation directionnelle est souvent modifiée, les conservateurs doivent changer constamment d’établissements et ils deviennent donc « des artisans migrateurs ». Il remarque que « la programmation et la gestion qui conviendrait à la région est demandé aux petits établissements régionaux mais comme les conservateurs alternent les uns après les autres, il ne peut pas y avoir de cumul d’expérience ».

Dans l’avenir, « le musée d’art et d’histoire est-il nécessaire à la ville d’Ashiya ? Pour répondre à cette question, Ashiya doit organiser des symposiums au moment où ce nouveau système est en mutation. Il est indispensable que les habitants eux-mêmes réfléchissent à cette question ».

(2011/03/15 11:29)

 

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Démission simultanée des conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya

Une fois n’est pas coutume, ce blog est dédié à une bibliographie de la photographie japonaise moderne mais je me permets de faire un écart sur une actualité qui est en rapport directe avec mes recherches sur  cette même thématique.

Dans un article daté du 19 février dernier le Kôbe Shinbun (journal de Kobe), annonçait la démission simultanée des quatre conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya. Ce musée conserve, en ce qui concerne ce blog, une partie des archives de Nakayama Iwata et des pièces reliées à la revue Kôga. Comme nous l’annonce l’article, ce départ risque de ne pas être sans conséquence sur les collections du musée qui sont pour une grande partie des mises en dépôt d’œuvres et d’archives par les familles des artistes décédés. C’est donc notamment le cas des archives reliées à Nakayama Iwata. Elles ont été mises en dépôt en partie dans ce musée suite au grand tremblement de terre de Kobe (17 janvier 1995) qui avait détruit l’ancien atelier du photographe où ses œuvres étaient toujours conservées  depuis sa mort.

Voici la traduction de  l’article original du Kôbe shinbun.

Démission simultanée des conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya

 

photo, Uchida Seiki
Interview avec les conservateurs du musée. Le 18 au soir, Hôtel de ville d’Ashiya (photo, Uchida Seiki)

Le 18 de ce mois, les quatre conservateurs du musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya, un musée connu pour sa collection Gutai, un groupe d’artistes actif dans le Hanshin après la guerre, ont riposté contre la réduction considérable de la somme allouée aux ressources humaines en annonçant manifestement leur démission pour la fin du mois de mars. Cette démission simultanée des conservateurs est un cas exceptionnel. Les propriétaires des œuvres mises en dépôt examinent leur rapatriement et la peur d’une dispersion de cette collection qui transmet la culture de la région commence à être ressentie. (Kamiya Chiaki)

Les conservateurs dépendent de l’AMM (Ashiya Museum Management), la personne juridique NPO (Association à but non lucratif) qui administre ce musée. Le 18 au soir, ils se sont réunis pour un entretien à l’hôtel de ville et ils ont manifesté leur intention de démissionner à la fin de l’année 2010.

Ce musée a ouvert ses portes en 1991. À cause des difficultés financières qu’il a rencontrées, depuis 2006 sa gestion a été confiée à l’AMM . Les conservateurs qui étaient avant employés par la ville sont donc devenus à partir de là  des employés de l’AMM.

De plus, depuis 2011 la ville a décidé d’introduire le système des administrateurs nommés et en janvier de cette année, elle a choisi l’AMM et la Shogakukan-Shueisha Productions Co.Ltd. en tant que tels.

Le budget des ressources humaines de 2010 qui était d’environ 31 millions de yens a été réduit par les administrateurs nommés d’environ 11 millions de yens depuis le début de cette année . Une diminution du nombre de conservateurs de quatre à deux personnes et une diminution du budget à environ 20 millions de yens ont été décidées. Akeo Keizô, l’actuel dirigeant de l’administration de ce musée pour lequel il travaille depuis environ dix-huit ans, a expliqué dans un entretiens la raison de son départ : « Une décision a été prise presque sans consultation à propos du budget des ressources humaines et du projet de l’entreprise. Cela est vraiment dommage quant à sa responsabilité envers l’histoire et la culture de la région. Nous nous méfions de l’AMM et désormais nous ne pouvons plus participer à la direction ». Du côté de l’AMM il est dit : « il faut assurer la direction dans les limites budgétaires, (en ce qui concerne ce départ) c’est dommage ».

Avec le départ simultané des quatre conservateurs, les habitants de la région qui ont fait don ou ont mis en dépôt des œuvres précieuses au musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya, s’inquiètent de plus en plus et commencent à réfléchir à leur rapatriement.

La famille d’Hanaya Kanbee, le célèbre photographe de cette ville qui faisait partie du mouvement avant-gardiste Nouvelle Photographie (shinkô shashin) au début de l’ère Shôwa, a fait donation de ses œuvres et a dit : « La disparition des conservateurs qui comprennent bien la culture locale et avec lesquels nous avons bâti des relations de confiance depuis longtemps, nous inquiète vraiment ». Ils étudient une récupération des œuvres et expliquent leur confusion : « Nous souhaitons en (ces œuvres) faire profiter  les affaires culturelles régionales d’Ashiya  ».

De plus, Matsumoto Gen’ichirô (69 ans) le président de la Sanjôkai, l’organisation citoyenne du quartier de Sanjô d’Ashiya et qui a fait don d’archives et d’illustrations de l’ère d’Edo a dit : « en début de semaine, nous allons tous nous retrouver pour discuter et décider si nous allons demander une restitution. Nous voulons que la ville s’explique en détaille sur la nouvelle orientation de la direction ». Horio Sadaharu, un artiste anciennement membre de l’Association artistique Gutai, penche aussi vers « une restitution des œuvres mises en dépôt ».

La partie historique de ce même musée, conduit actuellement une enquête orale sur la continuation des mises en dépôt auprès des personnes concernées.

(19/02/2011, 00:02)

 

 

 

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Takeba Jo, « The Age of Modernism: From Visualization to Socialization »

Takeba Jo, « The Age of Modernism: From Visualization to Socialization », in The History of Japanese Photography, 2 mars – 27 juillet 2003, The Museum of Fine Arts, Houston, pp. 142-157

Le catalogue The History of Japanese Photography, compilé à l’occasion de l’exposition éponyme au musée d’art de Houston en 2003, est encore aujourd’hui la bible de l’histoire de la photographie japonaise en langue occidentale. Il a fallu huit années de travail de recherche pour réaliser cette exposition et ce catalogue.

Après une introduction d’Anne Wilkes Tucker, six articles divisent le contenu des recherches en six thématiques.

-« The Early Years of Japanese Photography » Kinoshita Naoyuki, pp. 14-35

-« The Origins and Development of Japanese Art Photography » Kaneko Ryûichi, pp. 100-113

-« The Age of Modernism: From Visualization to Socialization » Takeba Jo, pp. 142-157

-« Realism and Propaganda: The Photographer’s Eyes Trained on Society » Kaneko Ryûichi, pp. 184-193

-« The Evolution of Postwar Photography » Iizawa Kôtarô, pp. 208-225

-« Internationalization, Individualism, and the Institutionalization of Photography » Dana Friis-Hansen, pp. 260-279

Ces six textes proposent une lecture de l’histoire de la photographie japonaise de ces débuts, au milieu du XIXème siècle, jusqu’à la période contemporaine. Pour chaque article un nombre important de photographies sont présentées en illustration.

Dans la mesure où ce blog est dédié à la période moderne, ce sont plus particulièrement les deux textes de Kaneko Ryûichi et celui de Takeba Jo qui nous intéressent et dans ce billet, je m’arrête plus particulièrement sur l’article de Takeba Jo, «The Age of Modernism: From Visualization to Socialization ».

Cet article se concentre sur la période entre 1924 et 1945. Durant cet intervalle d’une vingtaine d’années, la photographie japonaise entre en rupture avec le pictorialisme. La photographie  japonaise moderne explose alors avec le mouvement Nouvelle Photographie (shinkô shashin), mouvement influencé par la Nouvelle Objectivité allemande et le Bauhaus. La photographie japonaise évolue ensuite vers le mouvement Photographie d’Avant-Garde (zen’ei shashin) qui n’est pas sans lien avec le surréalisme et vers la photographie journalistique (hôdô shashin).

On note trois sous-titres dans le texte de Takeba Jo : « Objectivity and the New Photography, 1924 to the Early 1930s », « Subjective Presentation and the Search for Avant-Garde Photography, Late 1930s », « Engagement and Conversion: Perspectives on Society and the Other, 1940-45 ». Continuer la lecture de Takeba Jo, « The Age of Modernism: From Visualization to Socialization »

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook