Archives de catégorie : Ei-Kyū

”Ei-Kyû : La grande aventure d’un artiste d’avant-garde”

『前衛画家の大きな冒険 瑛九』2004年8月10日ー9月20日渋谷区立松濤美術館

Ei-kyū : La grande aventure d’un artiste d’avant-garde, musée d’art Shōtō, 10 août – 20 septembre 2004

Ce catalogue a été publié à l’occasion de l’exposition éponyme qui a eu lieu au Musée d’art Shōtō, situé à Shibuya, Tokyo.

Livre couverture souple de 176 pages (29.5×19.6cm).

Crédits : Ei-Kyū ; Tamai Mizuo ; musée d’art Shōtō ; musée d’art moderne de la préfecture de Saitama ; musée d’art d’Urawa ; musée d’art de la préfecture de Miyazaki ; Galerie Toki-no-Wasuremono, Tokyo ; musée national d’art moderne de Tokyo ; collection privée.

Photographie en première de couverture : Tamai Mizuo, Portrait d’Ei-Kyū, 1952 [玉井瑞夫『瑛九氏』1952年, tamai mizuo, ei-kyū-shi, 1952 nen]

Ce catalogue présente le travail de SUGITA Hideo [杉田秀夫, 1911-1960], plus connu sous le nom d’Ei-Kyū [瑛九]. Ce surnom, aussi écrit« Ei-Q »,  apparaît au milieu des années 1930 dans son album de photo-dessin intitulé Raison du sommeil [『眠りの理由』nemuri no riyū] ; il lui aurait été attribué par le peintre HASEGAWA Saburō [長谷川三郎, 1906-1957] et le critique TOYAMA Usaburō [外山卯三郎, 1903-1980].

Le catalogue est divisé en trois parties marquées par un jeu de qualité du papier.

  • Première partie – papier gris : un texte de SEO Noriaki [瀬尾典昭], conservateur du musée d’art Shōtō, intitulé Œuvres pointillistes d’Ei-Kyū – Après-midi sans insecte [『虫のいない午後―瑛九の点描作品』mushi no inai gogoei-kyū no tenbyō sakuhin] (p. 7-13), ainsi que les reproductions de deux lettres écrites de la main d’Ei-Kyū et adressées à KIMIZU Ikuo [木水育男] (p. 14-16).
  • Deuxième partie – papier blanc lisse et satiné : un texte expliquant les œuvres (p. 17), les planches couleurs (65 peintures, 3 photos-dessins (p. 83-85), 20 dessins, 1 reproduction de la couverture de l’album Photo-dessin (1936) accompagnée d’une notice (p. 96) et enfin 10 photos-dessins extraits de l’album (p. 97-101). S’en suit un « photo essai » de TAMAI Mizuo intitulé La mort d’Ei-Kyū [《瑛九逝く》ei-kyū yuku] (p. 102-134), suivi d’une courte biographie de TAMAI Mizuo (p. 135).
  • Troisième partie – même papier gris que pour la première partie : les annexes. Une biographie détaillée et illustrée de la vie d’Ei-Kyū et des événements posthumes jusque 2004 (p. 138-163), une bibliographie (p. 164-171) et enfin la liste des œuvres reproduites (p. 172-175).

Continuer la lecture de ”Ei-Kyû : La grande aventure d’un artiste d’avant-garde”

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook