Archives de catégorie : Japonais

« Kiichirô Ishida and the Sydney Camera Circle – Modernism/Japonism in Photography 1920’s-40’s »

「石田喜一郎とシドニーカメラサークル 20世紀写真の探索 写真のモダニズム/ジャポニズム」渋谷区立松頭濤美術館2002723―98

Ishida Kiichirō et le Sydney Camera Circle (Enquête sur la photographie du XXe siècle. Modernisme et japonisme photographique), Musée d’art Shōtō, 23 juillet – 8 septembre 2002

Ce catalogue a été publié à l’occasion de l’exposition éponyme qui a eu lieu au Musée d’art Shōtō, situé à Shibuya, Tokyo.

Catalogue souple de 204 pages (21,3×27,2cm)

Photographie en première de couverture : Ishida Kiichirō, Ruelle, 1923 [石田喜一郎露地≫1923ishida kiichirōroji, 1923 nen]

Credits photographiques : Musée d’art Shōtō et Art Gallery of New South Wales.

Ce catalogue présente le travail d’Ishida Kiichirō, un photographe amateur actif principalement dans les années vingt, jusqu’au milieu des années trente. Une attention plus particulière est d’abord portée à la période où il séjourne à Sydney (1919-23), mettant en avant qu’il y rencontre Kagiyama Ichirō, membre de la Photographic Society of New South Wales, et qu’il est invité à rejoindre le Sydney Camera Circle. C’est ensuite son retour au Japon qui est décrit, montrant les répercutions du fait que ses compatriotes le considère comme « l’expert du bromoïl », et rappelant le contexte historique de la photographie japonaise de cette période glissant de la Photographie d’Art à la Nouvelle Photographie.

Il est composé de deux textes : le premier, intitulé Ishida Kiichirō et le Sydney Camera Circle. Modernité et Japon dans la photographie [『石田喜一郎とシドニーカメラサークル 写真における近代と日本』ishida kiichirō to shidonī kamera sākuru, shashin ni okeru kindai to nihon] (pp. 8-19) a été écrit par Mitsuda Yuri, conservatrice au musée d’art Shōtō ; le deuxième, plus court, est une introduction à l’exposition, écrite par Judy Annear, conservatrice à l’Art Gallery de New South Wales.

Les textes sont suivies des planches (164) qui sont divisées en quatre parties : 1. 1920 – 1930 Ishida Kiichirō et Sydney (pp.40-80, 46 planches) ; 2. Kagiyama Ichirō et le Sydney Camera Circle (pp. 81-111, 36 planches) ; 3. Japon et modernité chez Ishida Kiichirō (pp. 112-143, 40 planches) ; 4. Modernité japonaise, Ishida Kiichirō et ses dernières années (pp. 144-175, 42 planches). Continuer la lecture de « Kiichirô Ishida and the Sydney Camera Circle – Modernism/Japonism in Photography 1920’s-40’s »

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

« Photographies de Natori Yônosuke. Allemagne 1936 », éd. Iwanami shoten, 2006

『名取洋之助写真集  ドイツ・1936年』岩波書店、2006年(natori yônosuke shashinshû doitsu 1936 nen, iwanami shoten, 2006 nen)

Livre regroupant des photographies prises par Natori Yônosuke lors des Jeux Olympiques de Berlin 1936 et du road trip qu’il réalise ensuite avec sa femme Erna.

Ce livre est composé de trois éléments :

1. Une préface de Kanamaru Shigene, un photoreporter et confrère de Natori, lui aussi présent à Berlin pour les Jeux Olympiques. Ce court texte n’a pas été écrit pour cette publication, c’est en réalité un extrait de l’article « Sur Natori Yônosuke » (名取要之助のこと, natori yônosuke no koto), publié dans le numéro du mois de novembre 1957 du magazine Asahi Camera.

2. Les reproductions photographiques : Cinquante-sept photographies des Jeux Olympiques ont été sélectionnées pour ce livre. Elles sont présentées selon sept catégories: Continuer la lecture de « Photographies de Natori Yônosuke. Allemagne 1936 », éd. Iwanami shoten, 2006

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Catalogues du musée d’art Shôtô, Shibuya

Depuis les années 1990, le musée d’art Shōtō, situé à Shibuya, Tokyo, a organisé plusieurs expositions sur la thématique de la photographie japonaise moderne.

Parmi les présentations à venir se trouvent plusieurs de leurs catalogues d’expositions :

Nojima Yasuzō et le Ladies Camera Club dans les années 1930, 7 février – 21 mars 1993, musée d’art Shōtō  『野島康三とレディス・カメラ・クラブ YASUZO NOJIMA and Lady’s Camera Club in 1930’s』1993年2月7日ー3月21日渋谷区立松濤美術館 [jp]

L’ère de l’art photographique – Flâneurs urbains de l’ère Taishō, 8 décembre 1998 – 31 janvier 1999, musée d’art Shōtō  『写真芸術の時代 大正期の都市散策者たち – « SHASHIN GEIJUTSU » – Photography Art. The 5 Flâneuse in Tokyo 1921-24』1998年12月8日ー1999年1月31日、渋谷区立松濤美術館 [jp/en] [no 85]

Kiichirō Ishida and the Sydney Camera Circle. Modernism/Japonism in Photography 1920’s-40’s, 23 juillet – 8 septembre 2002, musée d’art Shōtō  『石田喜一郎とシドニーカメラサークル 20世紀写真の探索 写真のモダニズム/ジャポニズム – Modernism/Japonism in Photography 1920’s-40’s. Kiichiro Ishida and Sydney Camera Circle』2002年7月23日ー9月8日渋谷区立松濤美術館 [jp/en] [no 103]

Ei-Kyû : La grande aventure d’un artiste d’avant-garde, 10 août – 20 septembre 2004, musée d’art Shōtō  『前衛画家の大きな冒険 瑛九』2004年8月10日ー9月20日渋谷区立松濤美術館 [jp] [no 115]

Nojima Yasuzō : Œuvres et documents de la collection du musée d’art Shōtō, 29 septembre – 15 novembre 2009, musée d’art Shōtō  『渋谷区立松濤美術館所蔵 野島康三作品と資料集 – Yasuzo nojima 1889-1964 Works and archives. Collection of the Shoto Museum of Art』2009年9月29日ー11月15日渋谷区立松濤美術館 [jp] [no 140]

Seiichi Uozumi 1920’s – 1930’s, 7-21 février 2010 (1ère partie) – 27 février – 14 mars 2010 (2ème partie),  musée d’art Shōtō  『魚住誠一写真展 ブロムオイルの美学 Seiichi Uozumi 1920’s-1930’s』2010年2月7日ー2月21日(前期)、2月27日ー3月14日(後期)渋谷区立松濤美術館 [jp]

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

« Art in Ashiya, Ashiya Camera Club 1930-1942 »

『芦屋の美術を探る 芦屋カメラクラブ 1930-1942, Art in Ashiya, Ashiya Camera Club 1930-1942

Musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya, 7 février – 5 avril 1998

Exposition organisée par le musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya et par la Fondation pour la promotion de la culture de la ville d’Ashiya, en collaboration avec le musée d’art moderne de la préfecture du Hyogo.

Cette exposition qui date de 1998 est la première rétrospective retraçant l’histoire du Club photographique d’Ashiya. A cette occasion, il a été décidé de réaliser un catalogue qui est une reproduction du premier catalogue édité par ce club en 1931, intitulé Almanach de l’Ashiya Camera Club (『芦屋カメラクラブ年鑑』ashiya kamera kurabu nenkan), et publié à l’occasion de leur première exposition organisée sur Tokyo en avril 1931.

L’ACC (Ashiya Camera Club) a été fondé par Nakayama Iwata en 1930. Afin que ce club fasse grand bruit dans le monde de la photographie nippone, Nakayama a organisé leur première exposition dans la capitale tout de suite après l’Exposition internationale itinérante de photographie allemande en utilisant la même salle des bâtiments Asahi Shinbunsha. Cette exposition, tout comme l’Almanach de l’Ashiya Camera Club, présentait vingt-neuf photographies réalisées par six artistes. Ces six artistes sont les suivants: Nakayama Iwata, Benitani (aussi lu Beniya) Kichinosuke, Kôrai Seiji, Yamakawa Ken’ichirô, Matsubara Jûzô et Hanaya Kanbee

Le catalogue publié par le musée d’art et d’histoire de la ville d’Ashiya en 1998 reprend l’Almanach de 1931. Le même papier épais, mat et légèrement jauni est utilisé. La couverture au Design simple est identique. Il existe cependant des différences. Dans la version de 1998, quatre-vingt-neuf photographies des six artistes sont reproduites. Aux vingt-neuf photographies originelles sont additionnées des œuvres postérieures représentatives du travail de chacun.  De plus, à la suite des reproduction d’œuvres, sont ajoutés un texte explicatif de l’histoire du club écrit par Yamamoto Atsuo (conservateur),  une chronologie allant de 1927 à 1943, une liste de documents bibliographiques d’époque, une liste détaillée des quatre-vingt-neuf œuvres, une courte biographie des six photographes et enfin une liste des vingt-neuf (en réalité vingt-cinq) membres du Club photographique d’Ashiya. Continuer la lecture de « Art in Ashiya, Ashiya Camera Club 1930-1942 »

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Iizawa Kôtarô, Mitsuda Yuri, « Nakayama Iwata », collection Photographes du Japon (no. 7), éd. Iwanami Shoten, 1998

「日本の写真家7 中山岩太」岩波書店1998年 (nihon no shashinka 7 – nakayama iwata, iwanami shoten 1998 nen)

La collection « Photographes du Japon » retrace une histoire de la photographie japonaise du Bakumatsu à l’époque contemporaine. Chaque livre est une courte monographie d’un photographe japonais célèbre.

Le septième numéro de cette collection est dédié au photographe Nakayama Iwata, un personnage central de la scène photographique japonaise des années 30.

Ce livre est divisé en plusieurs parties. Les premières pages sont composées d’un texte d’Iizawa Kôtarô intitulé « formes et lumières du modernisme » qui présente succinctement les grandes lignes de la vie de Nakayama.

Puis, une sélection de cinquante quatre photographies illustre l’évolution de son style de ces premières œuvres à la fin de sa formation étudiante, jusqu’à ces dernières œuvres juste avant sa mort en 1949.

Après cette sélection de photographies, une sélection d’extraits de citations de textes écrits par Nakayama est regroupée par Mitsuda Yuri sous le titre « Nakayama Iwata – création d’une nouvelle beauté ».

Enfin, les dernières pages sont composées d’une biographie compilée également par Mitsuda Yuri et de la liste des planches précisant leur titre, leur année de réalisation et leur lieu de publication ou d’exposition. Continuer la lecture de Iizawa Kôtarô, Mitsuda Yuri, « Nakayama Iwata », collection Photographes du Japon (no. 7), éd. Iwanami Shoten, 1998

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

« Photographes japonais – personnes qui ont coloré l’histoire de la photographie moderne, biographies et bibliographies », éd. Nichigai Associates, 2005

« 日本の写真家―近代写真史を彩った人と伝記・作品集目録 – Biographic Dictionary of Japanese Photography »

(nihon no shashinka – kindai shashin shi ho irodotta hito to denki・sakuhinshû mokuroku ; photographes japonais – personnes qui ont coloré l’histoire de la photographie moderne, biographies et bibliographies)

Il existe plusieurs dictionnaires biographiques des photographes japonais. Celui-ci a été compilé en 2005 sous la supervision du musée de photographie de la ville de Tokyo. Même si le titre est en partie en anglais, le contenu est uniquement en japonais.

Son premier point fort est que pour chaque photographe, en plus des renseignements biographiques, une bibliographie est également offerte. Deuxième point fort, tel que cela est expliqué dans la préface, ce dictionnaire ne se contente pas de regrouper uniquement les photographes (amateurs et professionnels), les chercheurs, les auteurs et les industriels des mondes de la photographie et de l’histoire de la photographie sont également présents.

La description de chaque personnage est assez complète et est organisée en catégories : lieu d’origine (出, shusseichi), relation familiale (家族,  kazoku), études (学暦, gakureki), discipline (師, shitei), carrière (経, keireki), prix reçus (賞, jyushôreki), bibliographie (写真集, shashinshû ; 著作, chosaku ; 評伝, hyôden ; 参考文献, sankôbunken).

Continuer la lecture de « Photographes japonais – personnes qui ont coloré l’histoire de la photographie moderne, biographies et bibliographies », éd. Nichigai Associates, 2005

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Iizawa Kôtarô, « Kôga », éd. Fukkokuban, 1990

Commencer par le commencement.

La revue Kôga est composée de 18 numéros publiés entre mai 1932 et décembre 1933. Suite à l’importante place que les chercheurs japonais ont attribuée à cette revue lors de leurs recherches sur la photographie japonaise moderne, une réédition a été réalisée en 1990.

Les dix-huit numéros originaux ont été scannés, reproduits tels quels et regroupés en trois volumes. Un texte de présentation d’Iizawa Kôtarô précède les reproductions.

Dans cette revue, au total cent-quatre-vingt-deux photographies (respectivement soixante-deux photographies dans le premier volume et cent-vingt photographies dans le deuxième volume) sont publiées sous soixante-cinq noms de photographes différents.

Continuer la lecture de Iizawa Kôtarô, « Kôga », éd. Fukkokuban, 1990

Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook